Tags

Related Posts

Share This

Tests de logiciels de traitement photos

PREAMBULE

Depuis que Lightroom a décidé d’arrêter les versions perpétuelles et de ne distribuer uniquement que des versions avec abonnement, adobe par ce comportement, et ça ne semble ne pas les déranger pour autan, pousse ses utilisateurs à chercher une autre alternative à son produit.

Certains ce sont préoccupés de ce problème il y a déjà un peu plus d’un an, d’autres un peu plus tard en pensant (tout comme moi, par naîveté), qu’adobe ferait marche arrière sur ce point.

Adobe confirme donc qu’il se moque pertinemment des particuliers qui ne risquent pas de les suivre dans ce délire.

Hélas pour moi, j’en avais parlé lors du test de darktable il y a un peu plus d’un an, j’avais acheté la version CS6 incriminée qui ne sera donc plus mis à jour et vu la tournure que cela prend, aucun retour en arrière ne sera fait par adobe, on l’a bien compris. J’ai donc acheté un logiciel de traitement photos qui sera probablement et d’ici peu, plus compatible avec une futur version windows voir avec un nouveau boitier photo.

Bonne ou mauvaise décision de leur part, je n’en sais rien … quoique  j’ai bien une idée!
Mais plutôt que de m’acharner, ou prier le bon dieu pour qu’il change d’avis, je préfère dès maintenant penser à son remplacçant. Mais surtout pour notifier mon mécontentement à adobe.

Concernant photoshop, je reste pour l’instant avec ce programme de retouche pro appartenant à adobe, du moment qu’il fonctionne, avant de passer à autre chose (gimp, affinity …)

C’est surtout depuis début 2019, que les particuliers possesseurs de lighroom, et on sent le malaise sur les forums photos, commencent  à bouger.  Du côté des professionnels étonnement même constat, même si pour eux dont c’est l’outil principal et une utilisation journalière , je trouve que 12€/mois n’est pas si inconcevable sachant que le pack, si mes infos sont exactes, comprend l’abonnement au logiciel de retouche le plus performant du marché photoshop et le logiciel Lightroom. A suivre!

Pour les particuliers, payer 12€/mois pour un logiciel dont la majorité des utilisateurs ne s’en serviront que très rarement (photos de famille, vacances …) voir un peu plus pour les passionnés (photos, animalière, reportage, artistique, portrait, …) mais au point d’y investir autant … je doute qu’il le fasse. En tout cas moi pas question d’être le dindon de la farce.

Personnellement, ces dernieres semaines, j’ai donc décidé de faire quelques recherches sur les logiciels actuels de dérawtisation (dématriçage) qui pourraient me (vous) convenir en remplacement de lightroom. Et pour mes premiers tests, j’ai décidé de regarder d’un peu plus prêt les résultats de quelques uns des softs les plus connus dans le développement RAW avec pour contraintes supplémentaires  c’est à dire mon cahier des charges :

  •  travaux non destructifs
  • pouvoir gérer les photos  (bibliothèque, classement, filtres de recherche, etc … ), pour ma part plus un accès rapide aux données sur PC et différents supports externes voir sur le cloud.
  • permettre la lecture et traitement des images de divers formats (jpg, png, tiff …)
  • divers traitements par lot (renommer, redimensionner, filigrane)
  • pouvoir réaliser tous types d’édition/développement photos
  • de permettre si possible la retouche photo (outils divers, possibilité d’utilisation de calques, masques …)
  • interprétation des RAW  avec un résultat de conversion (jpg dans mes tests) le plus proche du développement effectué.
  • et un point qui me tient particulièrement à coeur c’est le workflow ou processus de travail. Un logiciel qui me permette un flux de travail photographique sans trop de prise de tête car pour un particulier, enfin c’est comme cela que je le conçois, les diverses opérations de traitement doivent s’enchaîner assez rapidement sans y passer des plombes, et surtout le faire en prenant du plaisir. C’est primordial pour moi, se sentir à l’aise avec un soft même s’il faut y passer un certain temps d’apprentissage mais sans que cela devienne une corvée insurmontable.

C’est aussi pour cela que j’ai réalisé ces derniers jours, avec un plaisir non dissimulé, ces quelques tests, car après une petite année d’utilisation de lightroom, que je vais décrire comme chaotique,  je n’ai pas réussi malgré toutes ses qualités de m’imprégnier totalement de ce soft pourtant très réputé. C’est bizarre mais j’ai pas accroché. 

J’avais même fait l’aquisition de 2 excellents ouvrage pour m’y aider : 

Lightroom 6/CC par la pratique de Gilles Théophile

et l’excellent Lightroom 6/CC pour les photographes

mais malgré tout, son utilisation a toujours provoqué chez moi un certain malaise et cela depuis le début, malgré toutes mes tentatives pour m’y accomoder. 

Lightroom 6 CC pour la pratique

Lightroom 6 CC pour les photographes

DÉFINITION

Avant de commencer, un petit mot sur le fichier RAW

Pour faire simple le fichier RAW est le négatif de la photo numérique.

Lorsqu’il est affiché sur votre ordinateur, le fichier est en réalité interprété par votre logiciel d’où les différences de rendus que nous observerons dans les tests.  A noter tous les logiciels de traitements du marché ne sont pas tous capable de le faire.

Les fichiers raw sont des formats propriétaires et se différencient en fonction de la marque de l’appareil photo que vous utilisez. 

  • Canon => CR2 / CR3
  • Nikpon => NEF
  • Sony => ARW
  • Pentax => PTX / PEF
  • Minolta => MRW
  • Olympus => ORF
  • etc…

LES LOGICIELS

Les logiciels sélectionnés selon  mon cahier des charges et après mûre réflexion 

[wonderplugin_carousel id= »8″]

LES TESTS

But du test

Pour une fois, plutôt que de tester tous les outils d’édition  mis à disposition dans les logiciels, cela n’aurait pas été très judicieux et je serais certainement passé à côté de beaucoup de chose, car vous devez vous en douter,  il faudrait passer énormément de temps sur les logiciels afin d’en tirer toute la quintescence de chacun, hélas impossible pour moi.  J’ai donc préféré pour démarrer ces tests, regarder principalement  la qualité du développement RAW des softs qui vous allez le voir m’a fait découvrir que ce point était bien plus important que je ne l’aurai pensé car pour moi j’étais perçoidé que tous les logiciels se valaient ou du moins étaient assez proche pour s’en intéresser.

Vous trouverez donc ci-dessous dans chacun des albums, les  screenshoots des résultats de l’affichage de chacun des softs avec pour informations:

  • screenshoot effectué sur ecran EIZO Photo
  • outils de réglages en standard, c’est à dire non désactivés sur chacun des softs  comme Dxo qui réalise un auto-réglages à la base dès l’ouverture du fichier (sauf à le désactiver dans les paramètres) mais également et cela aurait été bién moins évident, les automatisme de Capture One.

Note importante :

Les désactiver n’auraient pas été très judicieux, car pour ce qui nous intéresse,  il rentre parfaitement dans les opérations standards de dérawtisation dans un flux de travail optimisé.

Pour information, j’ai passé beaucoup de temps sur ce cet article car il m’a fallu dans un premier temps, m’habituer à chacun des logiciels et cela n’a pas été comme vous devez vous en douter très facile, puis analyser chacun d’eux, réaliser mes tests, pour enfin rédiger cet article. 

Un Aperçu rapide des Interfaces

[wonderplugin_carousel id= »7″]

    Le développement des RAW

    La méthode

    Plusieurs photos RAW provenant de mon 5D MarkIII (.CR2) on été affché sur le bureau dans chacun des logiciels :

    • ACDSee Photo Studio
    • Capture One
    • Darktable
    • DxO PhotoLab
    • Lightroom
    • On1 Photo RAW

    Une capture d’écran a été faite pour chacun des affichages sur mon écran EIZO Photo (Profil sRGB activé)

    C’est le résultat de ces screenhoots que vous verrez apparaître dans chacun des albums ci-dessous. Avec 1 album réalisé par type de photo affiché.

    Le 6ème album étant plus particulièrement le résultat de l’export en jpg après développement standard de chacun des softs.

     

    Bien évidemment , la préférence de rendu d’un logiciel à l’écran est assez subjective, surtout concernant le rendu colorimétrie. Le mieux étant de vous faire votre propre analyse, et pour cela je mets à disposition les fichiers 

    RÉSULTATS EN IMAGES

    Bien évidemment , la préférence de rendu d’un logiciel à l’écran est assez subjective, surtout concernant le rendu colorimétrie. Le mieux étant de vous faire votre propre analyse, et pour cela je vous mets à disposition les fichiers de tous les screenshots réalisés dans leur format original sous chacun des albums ci-dessous (mais pas les RAW).

    Ca vous permettra de constater par vous même les différences entre logiciels dans votre configuration (PC + soft). Attention tout de même avec votre analyse critique sur écrans non calibrés.

    Sinon, concernant les albums ci-dessous, pour afficher l’un des résultats, il vous suffit de sélectionner l’une des thumbmails représentant chacun des logiciels testés. Une lightbox va s’ouvrir en pleine page et sur fond noir pour mieux discerner les différences entre les photos.

    Note importante: Concernant la reproduction des couleurs sur votre PC en mode navigation web, Je vous propose de lire cet excellent article écrit par Arnaud FRICH sur la reproduction des couleurs sur nos écrans lors de vos lectures web. Surtout le passage très instructif, sur la reproduction des couleurs dans les navigateurs. Lire l’article.

     

    Première photo : Le chateau du Haut-Koenigsbourg

     [wonderplugin_carousel id= »1″]

    Télécharger le pack 01 – Le chateau du Haut-Koenigsbourg

    Analyses 01

    Capture One :  En ce qui me concerne c’est le meilleur rendu avec une tendance à être légèrement plus chaud, il est flateur (rehausse des couleurs en auto), la gestion des hausses et basses lumières est excellentes.

    DxO Photolab : Tout comme capture, j’aime beaucoup, c’est plus chaud par rapport autres softs, tout en ayant un bon contraste général mais un poil inférieur dans le rendu des basses lumières (en auto).

    ACDSee Photo Studio : le résultat me plait beaucoup, des couleurs naturelles, plus froides diront certains, éclairage un peu plus poussé. Etonnement et je ne l’attendais absolument pas sur ce point, comparé aux autres, la définition, le piqué, me parait meilleur … peut être un légère tendance à forcer sur la netteté mais sans trop abuser. Pas d’automatisme activé).

    On1 Photo Raw : image légèrement sur-exposé, on perd les dégradés du ciel. Au basculement entre 2 images on peut distinguer comme un voile atmosphérique (le contre coup de l’excès de luminosité). La colorimétrie me semble correcte. J’étais curieux de tester ce soft et en attendais beaucoup. Un peu déçu sur ce coup mais en prenant la main sur cette image (avec capture one), un réglage contraste +5 et luminosité -2 et on obtient un résultat excellent. Mes remarques précédentes étaient donc pertinentes. Même la colorimétrie me parait bonne.

    Lightroom : Couleurs naturelles et équilibrées tout comme ACDSee, contraste

    Darktable : un Lightroom avec un léger voile atmosphérique et colorimétrie moins naturelle. Mais c’est assez proche comme rendu. 

    Exposure 4 : Couleurs un tantiné délavées (le grès rose, la touche de vert sur les tuiles …), mais le principal … une perte flagrante dans les basses lumières. C’est l’image la moins agréable du test. 

    Conclusion 01

    Capture one, et Dxo sortent du lot, le rendu est magnifique mais ne perdons pas à l’esprit que ce son 2 softs dont l’automatisme de réglage n’a pas été désactivé. Le résultat est à la hauteur du tarif qu’il demande. Heureusement pour eux, même si le rendu colorimétrique peut-être pour certains un peu  boosté. Chacun fera sa déduction.

    Mention spéciale par contre à ACDSee que je trouve dans sa globalité plus que satisfaisante (voir excellente) et ne m’y attendait pas comparé aux térors comme LR et capture one. Nous verrons comment il s’en sort sur les points suivants.

     

    Seconde photo : Zoom sur l’image précédente (château du Haut-Koenigsbourg)

     [wonderplugin_carousel id= »2″]

    Télécharger le pack 02 – Zoom sur l’image précédente (château du Haut-Koenigsbourg)

    Analyses 02

    Capture One :  Rien à dire, c’est excellent, malgré le zoo abusif. L’image est très équilibrée que ce soit en contraste, couleur (même si plus chaud), et luminosité… que dire de plus, chapeau bas. Mes remarques précédentes sont bien confirmées.

    DxO Photolab : Ici aussi je confirme, le rendu inférieur aux basses lumières (en auto).

    ACDSee Photo Studio : On aperçoit en zoomant qu’il y a du bruit dans les basses lumières (toitures en L et mur en brique). 

    On1 Photo Raw : image légèrement sur-exposé, on perd les dégradés du ciel. Au basculement entre 2 images on peut distinguer comme un voile atmosphérique (le contre coup de l’excès de luminosité). La colorimétrie me semble correcte. J’étais curieux de tester ce soft et j’en attendais beaucoup. Un peu déçu sur ce coup mais en prenant la main sur cette image (avec capture one), un réglage contraste +5 et luminosité -2 et on obtient un résultat excellent. Mes remarques précédentes étaient donc pertinentes. Même la colorimétrie me parait bonne après réglages sans toucher à la colorimétrie.

    Lightroom : Couleurs naturelles et équilibrées et un bon contraste. 

    Darktable : Tout comme ACDSee, du bruit dans les basses lumières. 

    Exposure 4 :  Des pertes dans les détails, basses lumières mal gérées, 

    Conclusion 02

    Il est normal qu’en zoomant fortement c’est le cas ici que l’on met à mal le résultat des softs. Mais s’en sortent tous pas trop mal, seul exposure 4 est en retrait.

    Avantage à Capture one, et c’est pour moi assez flagrant

    ACDSee, Darktable et LR dans un mouchoir de poche  avantage a lightroom pour une bien meilleure gestion du bruit dès l’ouverture du fichier.

    On1 même remarque que précédemment un peu trop de luminosité . Mis à part ce point il suit de très près les ténor du marché.

     Troisième photo : La volerie des aigles – Gros plan d’un rapace au plumage foncé sur arrière plan foncé

     [wonderplugin_carousel id= »3″]

    Télécharger le pack 03 – La volerie des aigles – Gros plan

    Analyses 03

     

    Capture One :  Colorimétrie d’arrière plan avec beau dégradé de couleurs, sur ce coup même si j’aime le résultat, la luminosité plus élevé que les autres (idem dxo) fait ressortir un peu de bruit (en zoomant) . Beau contraste sur le rapace. En mode d’édition et 5 seconde plus tard après réglage du bruit et le rendu est superbe sans bruit, la palette de couleur la plus étendue et un excellent contraste.

    DxO Photolab : Tout comme capture one niveau éclairage sauf qu’ici c’est peu plus, et la qualité du rendu général s’en ressent. Perso j »ai pas aimé. Retenté plusieurs copies d’écran mais rien n’y fait. Le contraste dans les détails par contre est bien là. Un coup de curseur à -10 en luminosité et exposition -0.2 sur fichier png et le résultat est superbe. La meilleure gestion du bruit de fond en standard sans activation de prime.

    ACDSee Photo Studio : De beau contraste mais perte de colorimétrie dans les basses lumières. 

    On1 Photo Raw :  Et on se répète … la luminosité .. toujours cette tendance à en rajouter. Légère perte de contraste et bruit dans l’arrière plan.  En mode reglage sur fichier PNG pas d’amélioration, en mode RAW activation auto des niveaux et reglage du bruit curseur luminence sur 60 et l’image est superbe et équilibré tout en respectant les dégradé de couleur.

    Lightroom : Luminosité correcte, contraste correct, bonne colorimétrie d’arrière plan, bonne gestion du bruit, seul la couleur orange qui semble prendre le pas sur le jaune. Je chipote car c’est très léger, mais il faut bien trouver des différences. 

    Darktable :  je trouve l’arrière plan terne, on a l’impression qu’un léger voile est posé sur toute l’image, le contraste en prend en coup. Résultat décevant pour moi. Le jaune du bec n’est pas aussi pétant que dans la vrai vie. En basses lumières il a ses faiblesses le petit.

    Exposure 4 :  Au contraire des autres tests il s’en sort très honorablement. Les dégradés d’arrière plan son bien là, n’est ni sur exposé, ni sous exposé. J’irai presque jusqu’à dire que c’est l’image qui me plaît le plus…. et je vous promets, personne me menace!

    Conclusion 03

    Sur ce test , dans le mode sujet sombre sur fond sombre, c’est étonnement celui que l’on attendait pas qui s’en sort le mieux (Exposure 4). 

    Après rapide réglage capture one est encore une fois en tête suivi de près par On1 et DxO.

    Quatrième photo : La volerie des aigle – Grand Duc Blanc sur sujet noir et blanc

     [wonderplugin_carousel id= »4″]

    Télécharger le pack 04 – La volerie des aigles – Grand Duc Blanc

     Analyses 04

     

    Capture One :  

    DxO Photolab : Pour ma part, le meilleur résultat, colorimétrie du ciel blanc/bleu naturel et rendu général superbe. Le jaune de l’oeil probablement légèrement saturé mais c’est plaisant.

    Exposure + on1 + Darktable : Les blancs tirent très légèrement sur les jaunes tout comme les bleus. 

    ACDSee Photo Studio :  Beau rendu, les bleus et les blancs sont correctement reproduits et le contraste même s’il semble légèrement boosté et le meilleur du lot.

    On1 Photo Raw :  

    Lightroom : Coloris correctes, la couleur jaune de l’oeil est la plus naturelle, contraste correcte. 

    Conclusion 04

    Peu de chose à dire sur ce test, car malgré la disparité, les corrections a effectuer pour un résultat parfait sont minimes quelque soit le soft.

     

    Cinquième photo : La volerie des aigles – Rapace en vol sur fond foncé

     [wonderplugin_carousel id= »5″]

    Télécharger le pack 05 – La volerie des aigles – Rapace en vol sur fond foncé

    Analyses 05

     

    Capture One :  Que dire … le meilleur rendu tout compris, contraste, colorimétrie, 

    DxO Photolab :  Bizarrement la gestion du bruit n’est pas à la hauteur de la réputation de DxO.  Tout comme la colorimétrie  en général (principalement des verts) poussée à l’extrême un peu comme exposure.

    ACDSee Photo Studio :  Gestion du bruit correct, tout comme la colorimétrie mais un contraste en deça de ce que nous avez habitué  ACDSee

    On1 Photo Raw :  Une gestion du contraste correcte,  une palette de couleur identique a lightroom.

    Lightroom :  Une gestion du bruit correct (mais en deça de capture et on1) , une belle  palette de couleur et un contraste identique a C1,

    Darktable : Gestion du bruit sur ce test catastrophique. 

    Exposure 4 :  Gestion du bruit , du contraste mais une palette de couleur (verte ici) limitée.

     

    Conclusion 05

    Capture One, Lightroom et On1 sorte du lot et une grosse déception pour DxO qui n’a pas su sur ce test gérer convenablement le bruit présent. 

    Le rendu à l’export (JPG)

    L’album de l’exportation des photos affichées en standard au format .JPG (sRGB), volume de compression en sortie réglé sur environ 10 Mo

    Note importante concernant ce test :

    Comme l’export reprend le fichier développé raw (test 1) avec les avantages et les défauts de chacun, il ne serait pas judicieux de tirer des conclusions sur ce seul fichier. 

    Pour m’expliquer un petit exemple :  sachant que on1 photo raw surexpose légèrement au développement (à l’ouverture du fichier sans autre traitement) et bien la sortie en jpg a, je dirai heureusement le même défaut. Ma conclusion serait plutôt de dire que l’export fonctionne parfaitement car il reproduit bien ce qu’on lui demande.

    Alors pour faire plus intelligent j’ai mis côte à côte les images avant (aperçu raw du soft test 01) et après export. 

     [wonderplugin_carousel id= »6″]

    Télécharger le pack conversion JPG

    Analyses 06

    Sur ce point l’analyse sera vite faite puisque les sorties en comparaison avec les fichiers correspondants en entrées ont un rendu proche de l’original.  Le résultat est excellent pour tous les softs avec pour paramètres de sortie des fichiers en sorties de 10 mo pour un poids de 27 Mo à l’origine.

    Il n’y a rien a rajouter. La conversion ils savent faire sans problème sur ce point pas de crainte à avoir.

     

    MES CRITIQUES

    Avantages et inconvénients

    DxO PhotoLab

    Produit français conçu et réalisé par des français, ja’i utilisé la version DxO Optics pro elite,  il y a quelques années déjà. Et j’étais curieux de voir les évolution du soft . Hélas dès l’ouverture des regrets non pas par l’interfase qui me plait beaucoup, mais de m’apercevoir à l’ouverture de mes dossiers que les fichiers png, sRAW et mRAW n’étaient pas pris en compte. Ce qui m’obligeraità utiliser un autre soft pour retravailler mes images lors de mes travaux conception site web (images png par exemple, ou mes fichiers tiff provenance scanner).

    Pas de catalogage à proprement parler (même si je n’en ai pas l’utilité pour l’instant), pas de calque, pas de gestion des mots clés … OUPS! … Récupérer des utilisateurs de Ligthroom je le dis tout de suite, c’est mal barré pour eux!

    Mais il y a un mais! Il est puissant, il excelle dans l’automatisation des tâches, et de la gestion du bruit. Sa technologiede débruitage « prime » est l’un des plus qualitatif que j’ai pu utiliser. Il permet en standard, le traitement des objectifs (déformation), ses résultats même si sur certains clichés force légèrement en auto sur certains paramètres (contraste, colorimétrie, …) le temps qu’il faut pour rattraper les petits abus et finaliser le rendu, c’est celui qui le fera le plus rapidement. 

    Concernant ses outils de réglages locaux, et particulièrement son outil de multi-réglages à égaliseur qui est pratique,  intuitif et terriblement efficace. Je me suis amusés comme un gamin avec. Perso tous comme les outils de ACDSee photo studio,  j’y ai pris beaucoup de plaisir à les utiliser.

    Un programme a réserver hélas uniquement aux photographes pro ne shootant qu’en RAW, dont le catalogage n’est pas leur but principal.  Pour ceux qui ne souhaitent pas évoluer vers l’artistique mais plutôt se cantonner à la post-production. Ceux-là auront trouver leur soft.

    C’est un choix de leur part mais ne lui manque pas grand chose pour en faire un grand soft.  Si le logiciel n’évolue pas rapidement j’ai des doute, malgré toutes ses qualités qu’il se fasse une place dans le milieu exigeant des photographes surtout qu’actuellement tout va très vite. La société vise donc un public bien particulier et j’espère qu’ils savent ce qu’ils font. A suivre!

     

    Le Manuel Langue Poids Pages
    editeur_pdf Français 15.2 Mo 115

    ON1 Photo RAW

    Alors celui-ci je ne le connaissais pas du tout et comme j’en ai beaucoup entendu parlé sur divers forums photos cette dernière année, cela a piqué ma curiosité, J’étais très pressé de le tester.

    Je ne vais as y aller par 4 chemins. 

    Concernant les résultats obtenus et ses qualités générales, il fait partie des meilleurs sans conteste, mais être un bon logiciel ne suffit pas pour qu’on passe à l’achat. Hélas, ma déception fut dès l’ouverture du soft … qu’est ce que l’interface est peu agréable, c’est sobre oui, mais c’est monochromatique à en pleurer et ce bleu, pas assez contrasté et sur les textes proche de l’illisible.

    Dans l’ensemble et graphiquement, c’est peu attirant et moi ça m’a immédiatement rebuté. Les polices utilisées sont trop petites et aucune possibilité de les agrandir, j’ai regardé dans les paramètres mais pas trouvé. Si je n’étais pas dans cette optique de comparatif je l’aurai désinstallé sans me poser de question et serai donc passé à côté de se soft qui pourtant mérite qu’on s’y intéresse alors messieurs les 

    A la façon de Capture one un peu d’orange part-ci un peu d’orange par-là (le mariage du sombre et orange est beau et peu fatiguant c’est connu) des polices plus grandes (voir avec possibilités de configuration, et l’espace de travail de On1 photo RAW serait bien moins hostère qu’il ne l’est! Quelle faute de goût impardonnable!

    Et puisqu’on parle d’interface, à l’ouverture, dans la fenêtre d’accueil de On1 Photo RAW, pourquoi la présence des icônes de développement à gauche, mais également à droite et comme si comme si ça ne suffisait pas ils nous en collent encore en bas à droite de la fenêtre, pourquoi se disperser autan. On peut pas dire que c’est réfléchi comme disposition. On ne sait plus ou cliquer pour accéder aux bons outils. C’est pas judicieux et pas productif (même remarque pour ACDSee photo Studio). Cet icône « export » en bas à droite, je peux comprendre,  mais  ce « reseize » (recadrer) seul …  c’est n’importe quoi. J’ai lu qu’il y a eu une grosse refonte de l’interface dans la version 2019 … mais qu’est ce que ça devait être alors avant! 

    En poursuivant ma visite, je constate que la suite rien à voir question accessibilité avec les outils des sous panneaux (develop, effects, portrait, local…), qui eux sont bien plus réfléchis. Alors pourquoi ne pas avoir fait la même réflexion sur la page d’accueil comme ils l’ont fait dans la conception des sous-fenêtres! 

    Ma critique concernant l’interface d’accueil vous semble probablement un peu trop dur, et bien c’est surtout parce que en poursuivant ma visite du soft, je me suis aperçu que le reste avait été conçu bien plus professionnellement et c’est ce contraste qui me fait réagir de la sorte. Un coup de gueule cordial et ojectif à l’attention de ON1 inc. en quelque sorte.

    Un mot également sur la fenêtre info, et l’idée est pourtant très intelligente, elle nous permet de vérifier toutes les données, même celles en cours de modification, sous le titre:  « settings applied » comme les valeurs de niveaux, de tonalité, de couleurs,  par exemple), par contre sur ma vue impossible de les voir car les valeurs sont cachées par le curseur de navigation, j’ai tout tenté rien n’y fait ..; un bug oubien une publication précipité de la version). Voir le screenshot du soft en début d’article pour constater du problème par vous même.

    Le choix fait par on1 concernant la vue de comparaison avant/après lors de modification, est la moins pratique de tous les softs testés. Pourquoi la barre qui sépare l’image en 2 ne peut coulisser. Il faut coulisser l’image de gauche à droite pour vérifier le résultat de traitement ?? c’est incompréhensible et surtout inutilisable!

    Pour les accès aux outils de développement, effets, outils portrait, ou du mode éditeur local c’est vite accessible et simple d’emploi. Comme déjà énoncé précédemment, une disposition réfléchie et productive même si c’est toujours aussi austère.  Après sélection d’un mode, la fenêtre nous propose en premiers accès des icônes avec réglages pré-programmés ainsi que d’un icone « more » ouvrant une fenêtre sur une liste d’auto réglage. L’avantage c’est la visualisation rapide sans ralentissement des résultats juste au passage de la souris sur le nom du presets! Excellent!  Les filtres de réglages sont nombreux (pour ceux qui les utilisent).

    L’intégration dans les versions futurs, de plugins tiers, du  type de Nik Collection ou autres, serait intéressante. 

    Lors des tests de correction de lentilles, j’ai constaté (et vérifié sur plusieurs RAW), un problème de correction lorsque l’objectif canon EF 100-400mm 4.5-5.6L IS II était détecté. Le soft ne rectifie aucune perspective mais par contre modifie la colorimétrie d’arrière plan. Un message a été envoyé à on1 inc. pour expliqué le problème, en attente d’une réponse.

    Bon, à me lire vous devez vous dire que je n’ai pas apprécié ce soft et bien désolé de vous contredire, car c’est tout le contraire et mes critiques sont objectives et dans le seul but de le faire évoluer car il a beaucoup de potentiel et ses résultats avec mode d’automatisme désactivé, sont étonnants de qualité même s’il a tendance à légèrement sur-exposer les clichés RAW. Tout en sachant que cet écart peut être rapidement amélioré en accédant aux outils proposés, avec l’avantage relevé dans mes tests que c’est juste un retravaille des niveaux, luminosité ou contraste pour avoir un résultat de grande qualité. Perso j’ai été bluffé. 

    Son défaut principal n’est pas son prix car très correct mais le fait qu’il ne soit pas traduit en français ce qui peut en rebuter certains mais également j’ai constaté bien souvent de fort ralentissement lors de mes travaux d’éditions. C’est le seul de tous les programmes testés qui m’a donné cette impressions. A confirmer.

     

    Manuel Version Langue Poids Pages
    editeur_pdf 2019.5 Anglais 35.7 Mo 189

    Darktable

    Peu de chose à dire sur ce programme qui donne de bons résultats, équilibrés et de qualité pro pour un soft totalement gratuit avec beaucoup de possibilités dont les calques que certains utiliseront … d’autres pas. N’est ni le meilleur, ni le plus mauvais. A réserver à tous ceux qui ne compte pas investir dans un logiciel de développement photos. Par contre pas facile d’accès pour les débutants. C’est un choix de qualité dans ce contexte. 

    Pour ceux qui désire un programme plus simple d’emploi avec des qualités de sortie identique après re-travail, je vous conseille de regarder du côté du freeware Rawtherapee plus accessible pour les débutant.

    Peu de chose à dire sur ce programme qui donne de bons résultats, équilibrés et de qualité pro pour un soft totalement gratuit avec beaucoup de possibilités dont les calques que certains utiliseront … d’autres pas. N’est ni le meilleur, ni le plus mauvais. A réserver à tous ceux qui ne compte pas investir dans un logiciel de développement photos. Par contre pas facile d’accès pour les débutants. C’est un choix de qualité dans ce contexte. 

    Pour ceux qui désire un programme plus simple d’emploi avec des qualités de sortie identique après re-travail, je vous conseille de regarder du côté du freeware Rawtherapee plus accessible pour les débutant.

     

    Manuel Version Langue Poids Pages
    editeur_pdf 2.6 Français 15.1 Mo 256

     

    ACDSee Photo Studio

    J’aime beaucoup ce soft que j’utilise souvent pour mes travaux de conception de site web. Ses outils de traitements par lot est un des plus agréables à utiliser (renommage, redimensionnement … ) mais également quelques uns des outils de traitement comme: 

    • le « Light EQ » une fois qu’on l’utilise on ne peut plus s’en passer,
    • tout comme son outil de réglages à la volée en mode « égaliseur de couleurs » ou « light EQ » qui permet après sélection directement sur l’image à développer de diminuer ou augmenter le résultat (la couleur rouge par exemple) simplement en maintenant le bouton de la souris sur la couleur ou lumière à traiter et de coulisser vers le bas ou le haut (baisser/augmenter), d’une simplicité enfantine!
    • ou encore en mode édition son « pixel targeting  » (masque des tons et couleurs automatisés), 
    • la reconnaissance des visages depuis la version 2019 (non testé) 

    Mais depuis la version ultimate, et malgré la profusion des outils mis à disposition, je trouve que cela devient de plus en plus confus et doute qu’un utilisateur lambda s’y retrouvent. 

    Pourquoi ces onglets gérer, développer, éditer … surtout ses 2 derniers depuis la 2018, c’est super confus on ne sait plus ou modifier ses photos. De plus le passage de l’un a l’autre dure une plombe, une fois chargé c’est correcte mais bon!

    Ca mériterait une refonte totale de l’espace … vraiment. C’est se tirer une balle dans le pied. Il n’y a que Capture  qui a compris que c’est l’accessibilité aux outils et à leur qualité que ça ce joue (lire la conclusion le concernant). 

     

    Manuel Version  Langue Poids Pages
    editeur_pdf Ultimate 2019 Français 7.04 Mo 559

     

    Manuel Version  Langue Poids Pages
    editeur_pdf

    pro 2019

    Français 6.63 Mo 535

    Exposure 4

    Je ne vais pas tergiverser longtemps sur ce programme car même si son interface est agréable et bien conçu pour les débutants, il ne ramène pas grand chose pour une utilisation pro. Mais je pense que c’est le but recherché par Alien Skin Software qui ne vise pas le même public.

    Vu le nombre de filtres/presets proposés par le programme, le soft vise principalement les débutants en mal de traitement automatisé. L’ajout dans le bundle du programme de snap art 4 valide cette hypothèse du traitement par sélection de présets ou filtres artistiques. Car il y en a des filtres et on s’y perd.

    Perso je ne suis pas fan. Car il ne faut pas perdre à l’esprit que tous ses présets (et filtres) ne sont en réalité que des configurations d’éditions différentes enregistrées. Autant les réaliser soit même pour développer votre fibre artistique! Le trop « je te prends par la main » peut vite dévier vers un résultat qui sera cheap!

    A réserver aux débutants sans expérience qui veulent découvrir ce monde!

    Lightroom

    J’aurai bien voulu trouver plus de points négatifs à lightroom pour m’en défaire plus facilement mais cela n’a pas été le cas. Il s’en tire plutôt bien le bougre. Mais hélas pour lui, c’est pas ce qui me fera changer d’avis. 

    Capture One

    Ce logiciel a été pour moi une révélation. Que ce soit sur son espace de travail agréable et totalement modifiable, sa palette d’outils professionnelles mis à dispo sont d’une efficacité étonnantes avec des résultats excellents déjà en standard à l’ouverture d’un raw et cela dans la grande majorité des clichés utilisés pour ce test. C’est judicieux et efficace. 

    Pour ma part et c’est sans hésiter le soft le plus performant et agréable que j’ai testé. Attention tout de même, lors de l’ouverture du soft, ce n’est pas parce que l’espace peut vous sembler minimaliste que le soft l’est, bien au contraire. Pour en tirer toute la quintessence il faudra bien plus que les quelques jours d’utilisation pour avoir des résultats à hauteur de vos exigences et avec ce soft des exigences vous pouvez en avoir cela ne lui fera pas peur. Les outils sont nombreux, pro et sa gestion des couleurs par roue(s) chromatiques  à la façon des éditeurs vidéo pro est une idée géniale.

    Un point important et souvent mis en avant par les pros, c’est son excellente facilité à contrôler les appareils photos connectés. Un plug and play pour photographe de studio.

    Sa possibilité de créer des espaces de travail à votre convenance (peu de limite), avec double écran accentue le plaisir d’utilisation. C’est un soft sans compromis. Après 3 semaines en sa compagnie, j’ai pris plus de plaisir … pardon bien plus de plaisir qu’avec un lightroom après un peu plus d’un an d’utilisation. 

    A noter que le programme vous laisse le choix entre 2 types de gestion de fichiers : la session ou le catalogue. La session étant plus dans l’optique d’un travail spécifique (un shoot, ou séance photo) alors que le catalogue concerne la bibliothèque en générale à la façon lightroom.. Le mode session vous créé automatiquement 4 repertoires dans votre dossier sélectionné.

    Son seul défaut et c’est peu dire, c’est son tarif que je trouve abusé (sans parler de ses augmentations à répétition depuis quelques années (+30€/an)  mais ou s’arrêteront-ils. Pour un utilisateur pro la tarification peut être supporté puisqu’il en a un besoin journalier quoique si on le compare à LR (12€/mois)  l’abonnement à 25€/mois (capture one) sans un produit de traitement à la hauteur d’un photoshop je trouve que le pari de gagner des parts de marché n’est certainement pas gagné d’avance pour  Phase One concepteur du soft. Sur ce point et malgré toutes les qualités de ce soft … j’ai de gros doute.

    En tout cas pour ma part le tarif affiché me rebute totalement. 349€ c’est hors de prix pour un particulier une offre pour les particuliers à 50% serait la bien venue. Un tarif si exagéré, le condamne a resté dans le domaine professionnel, et c’est bien dommage car il sait tout faire, même s’il faut y passer du temps à le configurer, je dis cela par rapport à des sorties spécifiques, je pense par exemple au module de traitement par lot qui est puissant mais pas évident à prendre en main … c’est la contrepartie du programme qui ce veut multi-tâches. Le Renommage par lot est en accès direct mais le redimensionnement par lot est puissant mais bien moins accessible.  

     

    Manuel Version Langue Poids Pages
    editeur_pdf 12 Anglais 7.04 Mo 465

     

    Manuel Version Langue Poids Pages
    editeur_pdf 12 Français 7.04 Mo 153

    Si j’avais un choix à faire actuellement?

    Si j’avais un choix à faire actuellement ce serait un logiciel qui serait le plus à même de me satisfaire concernant l’accessibilité (et donc rapidité de travail – workflow) et l’intuitivité le tout à un tarif convenable (particulier).

    L’approche de l’interface proposée sera souvent ressentie différemment en fonction de chacun. Personnellement pour mes besoins en traitements photos avec ou sans utilisation des masques  (raw, jpg) , ainsi que mes besoins permanent de renommage par lot et redimensionnement pat lot  (jpg, png) pour intégration site web, à l’heure actuel c’est indéniablement ACDSee pro que je sélectionnerais pour cela. 

    Ses outils, en mode gérer, de tri , d’affichage, de complément d’EXIF (mots clés), … et renommage  sont complets et d’une facilité déconcertante, ses outils de traitement (qu’acdsee appelle développement) pour améliorer mes photos de vacances, qui se rapproche plus du reportage que d’album d’un vacancier lambda (environs 4000 à 5000 photos / voyage), oubien encore le mode d’édition qui me permet de recadrer, de redimensionner ou convertir des images de façon très simple et productive, que j’ai pu tester, et plus pratique que sur on1, ou bien plus accessible que sur capture pro.

    Dans le cas d’une utilisation simpliste de l’intégration de calques, le choix serait plus large avec pour ceux qui peuvent se le permettre: capture one mais également acdsee ultimate 2019 et On1 photo RAW qui semble sur la bonne voie (s’ il pensait à changer leur trop sobre interface). Je vais dans les prochains mois suivre de prêt ce dernier pour constater des améliorations effectuées.

    Sinon, je ne vais pas vous mentir, j’utilise peu sur ce type de soft, avec calques pour des travaux plus poussés de création, pour la simple raison que pour l’instant aucun de ceux testés ne semble à la hauteur d’un photoshop. Et d’après ce que j’ai pu lire même les utilisateurs de capture one pourtant supérieur sur ce point font de même (ou son concurent avec affinity pro).

    J’ai pris beaucoup de plaisir avec Capture one et ACDSee pro / ultimate, et je pense que c’est un point très important dans le choix d’un logiciel qui risque de vous accompagner durant un long moment.

    Les concepteurs le savent, il est difficile, une fois qu’on a fait son choix et travaillé des années durant avec, de passer à autre chose avec pour problème de retrouver une structure identique que ce soit dans le format des calques si vous les utilisez, dans la structure du catalogage qu’il faudra pour certain reprendre dès le début, 

    Et pour finir!

    Vu l’évolution actuel du marché, les produits conccurents à lightroom, font évoluer leurs softs rapidement selon les remarques des utilisateurs pour certains (capture one, ON1 photo RAW) ou selon leur conception d’un logiciel de traitement photo, à la façon exposure 4, DxO qui risque de louper le coche.

    D’ici 2-3 ans , il sera trop tard pour les retardataires,  car les utilisateurs de lightroom (licence unique) risquent d’être obligé de passer à autre chose par une probable incompatibilité avec leur OS ou le changement de leur boitier APN … pour l’instant ce n’est pas un soucis mais tôt ou tard ça le deviendra et là les dés seront jetés.  

    Concernant les tests de développement RAW et des résultats obtenus, dites vous que pour les meilleurs Capture One, ON1 photo raw, ACDSee photo studio pro ou ultimate, DxO photolab, LR, et malgré quelques disparités dans les résultats, Ces 5 logiciels en mode d’édition seront tous capables d’offrir un résultat excellent et rapidement.